Nouvelles

L’entreprise Chaleur B Chocolat remporte le prix du meilleur chocolat au lait au monde aux International Chocolate Awards

 Communiqué de presse émis par Chaleur B Chocolat

Pour diffusion immédiate

  

Chaleur B Chocolat : Lauréat du meilleur chocolat au lait au monde aux International Chocolate Awards 

 

Carleton-sur-mer, le 28 novembre 2023 – Nous sommes ravis d’annoncer que Chaleur B Chocolat, notre entreprise fièrement établie à Carleton-sur-Mer au Québec, a été honorée avec le prestigieux prix du meilleur chocolat au lait au monde lors de la finale mondiale des International Chocolate Awards qui a eu lieu à Villa Castelletti, en Toscane, Italie, le 26 novembre dernier. 

Cette distinction, chapeautée par l’International Institute of Chocolate and Cacao Tasting (IICCT), vient couronner des années d’efforts acharnés et de passion inébranlable. 

Ce prix incarne la vision de notre fondateur, Dany Marquis, qui a toujours cru qu’il était possible de produire du chocolat de qualité supérieure au Québec, dans une logique de circuit court en diminuant la longueur des trajets des matières premières, avec des importations de cacao éthique à visage humain, traçable jusqu’au producteurs, et suivant le cadre de la certification biologique avec Ecocert Canada. 

« Ce prix est une reconnaissance de notre engagement envers l’excellence et l’innovation dans l’art du chocolat, » a déclaré Dany Marquis, fondateur de Chaleur B Chocolat. « Il valide notre conviction que le Québec peut rivaliser avec les meilleurs producteurs de chocolat au monde, et cela grâce à notre approche unique combinant cacao éthique, biologique et savoir-faire local. » 

Le chocolat au lait a toujours été un de nos produits phares, soulignant l’importance de l’achat local grâce à l’utilisation de lait de qualité supérieure provenant de la coopérative québécoise Agropur. 

Les International Chocolate Awards, une compétition d’envergure mondiale, attirent des participants de tous les continents, rendant cette reconnaissance d’autant plus significative. Cette année, nous avons eu l’honneur de nous démarquer parmi des centaines de chocolatiers et fabricants de chocolat talentueux, confirmant la stature internationale et le prestige de cet événement. 

Chaleur B Chocolat est également le jardin créatif de sa société soeur, Bassan Chocolat, qui distribue ses chocolats aux professionnels du monde entier. Pour les chefs chocolatiers et pâtissiers du Québec, nos produits sont accessibles via notre distributeur de confiance, Paral Gourmet. Pour ce qui est de l’international, des pourparlers sont en cours avec des distributeurs de France et des États-Unis, mais pour l’instant les ventes sont directes. 

Cette réussite ne serait pas complète sans mentionner l’impact de la persévérance de notre fondateur. Sa foi inébranlable en ses rêves, le soutien indéfectible de nos clients et de nos partenaires financiers. Les récents investissements dans les infrastructures de production ont été déterminants et les efforts conjugués ont propulsé Chaleur B Chocolat au rang des meilleurs fabricants de chocolat au monde, contribuant à faire rayonner notre communauté et le Québec sur la scène internationale. 

Nous tenons à remercier chaleureusement tous ceux qui ont cru en notre projet et qui ont contribué à cette magnifique réussite. 

Cette reconnaissance internationale confirme que le meilleur chocolat au monde ne vient pas de Suisse, de Belgique ou de France, mais bien de Carleton-sur-mer, en Gaspésie, Québec. 

À propos de l’International Chocolate Awards

L’International Chocolate Awards, reconnu mondialement, est un événement annuel qui célèbre l’excellence dans la fabrication du chocolat et du cacao. Organisé par l’International Institute of Chocolate and Cacao Tasting (IICCT), ces prix représentent le sommet de la reconnaissance dans l’industrie chocolatière internationale. L’IICCT, avec sa mission de promouvoir la qualité et l’innovation, a établi ces awards comme une référence pour l’excellence dans le monde du chocolat.

Le prestige de l’International Chocolate Awards est renforcé par sa portée mondiale, attirant des participants de tous les continents. Cette compétition rassemble des chocolatiers, artisans, et fabricants de renom, chacun apportant leur savoir-faire unique et leur passion pour le chocolat. Le processus de jugement est mené par un panel d’experts internationaux, garantissant un niveau d’évaluation élevé et impartial. Les produits sont évalués sur une multitude de critères, incluant la qualité du cacao, l’originalité, l’innovation, et le savoir-faire artisanal.

Les lauréats des années précédentes incluent certains des noms les plus prestigieux de l’industrie, soulignant l’impact significatif de ces awards sur le secteur. Le fait de remporter un prix dans une telle compétition n’est pas seulement un honneur; c’est une reconnaissance de l’engagement envers l’excellence, l’innovation et le raffinement dans l’art chocolatier.

Pour Chaleur B Chocolat, recevoir cette distinction illustre notre dévouement à produire des chocolats de la plus haute qualité, tout en valorisant l’utilisation de cacao éthique et le savoir-faire local. Ce prix témoigne de notre capacité à rivaliser avec les meilleurs producteurs de chocolat au monde, et confirme l’importance de notre approche unique qui combine tradition, innovation et engagement envers la communauté et l’environnement.

https://www.chocolateawards.com/ 

-30-

Pour plus d’informations, veuillez contacter : 

Diego Salvador, Coordonnateur Web et Marketing 

info@brulerieduquai.com  / 418-364-6788 poste 2 

Chaleur B Chocolat, 200 rte du Quai, Carleton-sur-Mer, Qc, G0C 1J0 

 

 

 

Appel à projets – Favoriser la commercialisation de produits innovants et écoresponsables

GÎMXPORT désire soutenir les entreprises de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine dans le développement et la commercialisation de nouveaux produits innovants et écoresponsables sur le marché du Québec.

–> Vous désirez améliorer votre offre de produit en adoptant un virage plus vert?

Présentez-nous votre projet et vous pourriez bénéficiez d’un accompagnement soutenu dans la commercialisation de votre produit et ce, jusqu’au 31 mars 2026. GÎMXPORT retiendra un maximum de 10 projets répondant aux critères.

Cette initiative a été rendue possible grâce à la contribution financière du ministère de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie (MEIE), du Regroupement des MRC de la Gaspésie et de La Vague – Accélérateur insulaire. 

PÊCHES – Perspectives de développement des produits et marchés

Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan ltée. Crédit photo: Roger St-Laurent

En Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, les acteurs de l’industrie des pêches adoptent des stratégies de diversification et d’innovation afin, d’une part, d’assurer le développement de leurs produits et marchés et, d’autre part, d’assurer la durabilité de la ressource. Coup d’œil sur quelques actions posées par nos entreprises et organisations ainsi que sur les opportunités à saisir.

Avant 2020, afin d’être moins vulnérable aux aléas du marché américain pour le crabe et le homard, l’industrie québécoise des pêches avait réussi à diversifier ses marchés en Europe et en Asie. Ces nouveaux marchés sont toutefois à reconquérir puisque 90 % des exportations ont été redirigées vers les États-Unis pendant la pandémie. Et bien que l’on note un accroissement de la demande au Québec, la hausse observée ne suffit pas à écouler les stocks. Les exportations continuent donc d’avoir une importance capitale pour maintenir une industrie québécoise en santé.

Lelièvre, Lelièvre & Lemoignan ltée, une entreprise familiale de transformation de produits marins située à Sainte-Thérèse-de-Gaspé, est très active sur le marché canadien, en plus d’exporter aux États-Unis, aux Caraïbes, en Europe et en Asie. « Le marché change tous les ans, dépendamment des quotas, des situations économiques de tous les pays, des achats de l’année précédente », mentionne son président-directeur général, Roch Lelièvre.

Pour le développement de marchés, l’entreprise se rend dans des foires commerciales – à Boston, en Europe et à l’occasion en Chine – ou y envoie des délégués commerciaux. Elle mise toutefois surtout sur un travail de longue haleine : « C’est un domaine basé sur le relationnel et la confiance, fait remarquer Raphaëlle Cyr-Lelièvre, responsable des stratégies d’affaires. La majorité des clients [le sont] de longue date. C’est important de bâtir des collaborations sur le long terme. » Elle ajoute que le bouche-à-oreille joue en leur faveur à l’international. La clientèle parle en bien de leurs produits, ce qui attire de nouveaux acheteurs. « Notre marque est synonyme de qualité. On se fait contacter par des pairs. »

D’après Gino Cyr, directeur général de GÎMXPORT, l’industrie québécoise des pêches doit demeurer proactive en continuant de miser sur les marchés internationaux. Il importe aussi, selon lui, de promouvoir la variété des espèces dans une perspective de diversification des produits. « Nos entreprises doivent, entre autres, se préparer en vue de la transformation du sébaste et valider les marchés à cibler pour lever les investissements initiaux. » Il souligne également que GÎMXPORT peut compter sur l’expérience d’industriels des pêches chevronnés membres de son conseil d’administration comme Gaétan Denis de La Crevette du Nord Atlantique, Bill Sheehan d’E. Gagnon et Fils ainsi qu’Éric Gagné de Menu-Mer pour être au fait des derniers développements dans ce secteur et alimenter ses réflexions. De plus, les entreprises des pêches de la région peuvent compter sur l’expertise de son équipe pour obtenir des services de soutien à la diversification des marchés.

Vers une pêche commerciale du sébaste

Depuis quelques années, on observe une hausse du sébaste dans le golfe du Saint-Laurent. GÎMXPORT a d’ailleurs piloté une mission commerciale avec des entreprises de la région qui ont pu visiter des installations de transformation de cette espèce à Glace Bay, au Cap-Breton (Nouvelle-Écosse). Il y a toutefois plusieurs étapes à franchir avant de passer d’une pêche exploratoire à une pêche commerciale de ce poisson au Québec. « La pêche au sébaste qui s’effectue ailleurs, comme en Islande, se fait au moyen de bateaux-usines qui traitent et congèlent le poisson à bord », explique André-Pierre Rossignol, conseiller sénior à l’exportation chez GÎMXPORT. « Dans le Canada Atlantique, comme au Cap-Breton, certains bateaux ramènent du sébaste à terre, mais il est traité aux antioxydants en mer pour conserver sa couleur et ses propriétés. » Actuellement, au Québec, aucun bateau n’est conçu ni adapté pour traiter le sébaste en mer. M. Rossignol ajoute qu’à l’heure actuelle, la taille des sébastes dans le golfe est encore trop petite (de 5 à 6 po) pour une vraie exploitation commerciale, qui requiert une taille minimum de 9 po.

Autres opportunités

Gino Cyr salue le dynamisme de l’industrie des pêches, tout en soulignant que plusieurs opportunités demeurent à saisir. La création de sous-produits de transformation écoresponsables, en tenant compte des nouveaux standards réglementaires, est une avenue à envisager, tout comme le fait de trouver des solutions pour augmenter la durée de vie des produits afin de favoriser leur accès sur différents marchés.

Également, les efforts de développement des marques de commerce et des emballages pour la vente au détail permettent de mieux mettre en valeur les produits auprès de la clientèle. Plusieurs entreprises, comme Les Fruits de mer Madeleine, ont récemment fait de belles initiatives en ce sens en travaillant sur leur marketing alimentaire et leur image de marque pour séduire le consommateur. « La commercialisation des produits aquacoles pourrait également être mieux structurée et les volumes consolidés pour garantir les approvisionnements et partager les coûts reliés à la distribution », ajoute M. Cyr.

En matière de développement durable et environnemental, le Canada a une très bonne réputation à l’international. « Le fait de miser sur de hauts standards en matière de développement durable ou sur les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) permet d’offrir un positionnement privilégié à nos entreprises, affirme M. Cyr. Nos produits sont haut de gamme. Il faut être à l’avant-garde en la matière. »

Défis et innovations dans l’industrie des pêches

Selon le préfet de la MRC du Rocher-Percé, Samuel Parisé, l’un des grands bouleversements vécus dans le secteur des pêches ces dernières années est qu’il « faut faire face aux aléas de la nature ». Il réfère, entre autres, à la présence de baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent, qui a mené à la fermeture de zones de pêche en raison des risques d’empêtrement dans les engins.

En guise de solution, l’entreprise québécoise Devocean a développé un système de pêche au crabe sans cordage, qui constitue une alternative écoresponsable à l’équipement de pêche traditionnel. Ce système permet la réhabilitation de certaines zones du golfe du Saint-Laurent où circulent des mammifères marins en danger d’extinction pour pratiquer la pêche commerciale.

Le soutien au rendez-vous

D’après Samuel Parisé, l’industrie des pêches, qui constitue un secteur économique majeur, bénéficie d’un excellent soutien. « Dès que des projets sont mis en place (rachats de permis de pêche par la relève, etc.), on répond toujours présent! On les aide financièrement. »

Dans le cadre de ses activités, GÎMXPORT accompagne les entreprises et les organisations de la région de différentes façons, notamment lors du dépôt de demandes d’aide financière. L’organisme souligne, par ailleurs, sa volonté d’accompagner les communautés autochtones du territoire qui désirent obtenir du soutien pour la commercialisation de leurs produits.

GÎMXPORT a, entre autres, développé une expertise dans l’élaboration de demandes au Programme de soutien à la commercialisation et à l’exportation du gouvernement du Québec ou encore au Fonds des Pêches du Québec, un programme de 42,8 M$ financé conjointement par les gouvernements du Canada et du Québec.

Rappelons également qu’en 2022, l’organisme a lancé le portail Québec Seafood, qui permet aux acheteurs internationaux d’entrer en contact avec les entreprises québécoises de transformation des produits marins.

 

À lire également :

Diversification : la recette du succès de Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan (Le Soleil, le 17 juin 2023)

Une espèce de crevette méconnue, la Pandalus montagui, fait son chemin jusqu’à Singapour

CHANDLER, le 13 septembre 2023 – Le conseiller senior à l’exportation André-Pierre Rossignol vient de conclure une mission commerciale au Seafood Expo Asia (SEA), qui se déroulait du 11 au 13 septembre dernier à Singapour.  Gimxport accompagnait plus particulièrement monsieur Tony Wright de la Société Makivvik pour la promotion de la crevette Pandalus montagui, une espèce similaire à la Pandalus borealis, mais encore méconnue des marchés.

 

Ce salon, qui en est à sa 11e édition, accueille cette année un total de 359 exposants provenant de 40 pays, dont 15 exposants canadiens. Il s’agit de la première fois que GÎMXPORT participe à cet événement depuis sa création et sa pertinence est évidente à l’égard du marché de l’Asie du Sud-Est. Le premier ministre Justin Trudeau était d’ailleurs lui-même à Singapour la semaine dernière étant donné l’importance stratégique de ce marché pour le Canada. Sur la photo, nous pouvons voir le kiosque de Makivvik avec la délégation composée de Tony Wright, Brent McNamara et André-Pierre Rossignol. Plus d’une centaine d’acheteurs ont visité le kiosque et plusieurs d’entre eux se disent intéressés envers le produit.

 

M. André-Pierre Rossignol, souligne également avoir participé à plusieurs conférences concernant l’innovation en matière de produits et les tendances de consommation en Asie: « Cet évènement a été très inspirant et considérant son succès auprès des acheteurs, nous souhaiterions assurément y revenir en septembre 2024 avec une plus grande délégation. » Les informations concernant cette espèce, Pandalus Montagui, seront accessibles dès novembre sur le portail québecseafood.ca

-30-

Source:

André-Pierre Rossignol

GÎMXPORT

418-689-4690

GÎMXPORT au Global Seafood Expo de Barcelone

CHANDLER, le 2 mai 2023 – Le directeur général Gino Cyr et le conseiller senior André-Pierre Rossignol ont participé au Global Seafood Expo à Barcelone en Espagne, qui se déroulait du 25 au 27 avril dernier à Barcelone en Espagne.  Gimxport accompagnait plus particulièrement monsieur Tony Wright de la Société Makivik pour la promotion de la crevette Pandalus montagui. Ce salon est le plus grande foire commerciale des produits de la mer au monde.

 

En cette période de l’année, il est important pour l’équipe d’assurer une présence du Québec au sein du kiosque du Groupe Export Agroalimentaire dans le pavillon canadien, considérant que la saison de pêche est bien débutée pour le crabe des neiges et que la grande majorité des entreprises sont en préparation pour la saison de la pêche au homard. L’entreprise Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan était également présente avec Marc-Antoine Cyr-Lelièvre et Raphaëlle Cyr-Lelièvre pour rencontrer plusieurs clients en Europe. L’entreprise se dit très satisfaite des rencontres d’affaires effectuées.

 

M. Gino Cyr, directeur-général, souligne avoir échangé avec le délégué Christophe Perez du bureau du Québec à Barcelone de l’importance que le Québec puisse maintenir une présence à ce salon.  Monsieur Perez, a assuré son entière collaboration à soutenir les entreprises du Québec pour développer et établir des objectifs sur le marché de l’Espagne. « Nous avons également pris le temps d’échanger sur le contenu du portail québecseafood.ca afin de nous assurer de bien l’utiliser pour la promotion des produits de la mer du Québec », ajoute M. Cyr.

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de GÎMXPORT

En tant qu’organisme régional de promotion des exportations, GÎMXPORT permet aux entreprises de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, de bénéficier de services-conseils abordables offerts par une équipe d’experts en commercialisation et en exportation. GÎMXPORT favorise la croissance des entreprises afin de les rendre plus performantes dans le développement de leurs marchés au Québec, au Canada et à l’international. Pour en savoir plus, consultez le www.gimxport.org.

 

 

-30-

Source : Gino Cyr

GIMXPORT

418 689-4690

 

Lancement du répertoire web QuébecSeafood.ca

Chandler, 22 novembre 2022 – GÎMXPORT lance la plateforme QuebecSeafood.ca afin de faire connaître les entreprises du Québec à l’international. Le projet est réalisé en collaboration avec Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) via le Fonds canadien de stabilisation des produits de la mer.

« En effet, le contexte mondial actuel ainsi que la situation qui perdure actuellement au Canada ont forcé l’industrie québécoise des produits de la mer à prendre un pas de recul vis-à-vis la mondialisation des exportations, mentionne le directeur général de GÎMXPORT, Gino Cyr. Il est donc impératif de réaliser des activités visant à reprendre le temps perdu et s’assurer d’une représentativité des produits québécois sur l’ensemble des marchés mondiaux. »

Le Québec accuse un retard important face aux provinces de l’Atlantique en matière de représentation à l’international. Certes, celles-ci exposent aux plus importantes foires des produits de la mer depuis plusieurs années. C’est notamment lors d’une mission commerciale à Barcelone que l’industrie a constaté que ces provinces se sont regroupées sous la bannière « Seafood From Canada ». Disponible au sein du Pavillon canadien, leur matériel promotionnel prône les produits de la mer du Canada atlantique, excluant le Québec. Les produits d’origine québécoise sont donc dilués dans l’offre canadienne sans bénéficier d’aucune représentation valable. Ainsi, un importateur qui se présente au pavillon canadien et qui reçoit ce matériel peut aisément conclure que les produits de la mer canadiens proviennent uniquement des provinces maritimes.

Le présent projet a pour objectif de faire la promotion et ainsi mieux faire connaître les produits marins du Québec à l’échelle internationale. Pour ce faire, nous visons à accompagner l’industrie québécoise faisant l’usage des produits du Québec sur les principaux marchés à l’international par le biais de la marque de commerce Québec Seafood. Nous avons donc créé un portail des entreprises des pêches au Québec, avec répertoire. Chaque entreprise aura sa fiche, et sera géolocalisée sur une carte. Un formulaire convivial permettra d’ajouter les entreprises et leurs informations. De plus, l’outil permettra la catégorisation des entreprises selon les espèces transformées.

Selon André-Pierre Rossignol, conseiller sénior à l’exportation chez GÎMXPORT, il est primordial pour l’industrie québécoise de se doter d’outils de visibilité pouvant servir à l’international, afin de diriger les acheteurs potentiels vers nos transformateurs du Québec. « Les produits de qualité ont la cote à l’international et les produits du Québec sont d’une qualité supérieure. Il est donc important de mettre à profit nos forces et de s’assurer de la visibilité de nos entreprises sur les marchés. »

Citations

« Les transformateurs de poissons et de fruits de mer ont été confrontés à plusieurs défis en raison de la pandémie. Alors que l’économie reprend, les entreprises du secteur ont plus que jamais besoin de notre soutien et c’est pourquoi notre gouvernement investit dans des projets comme celui de GÎMXPORT, QuebecSeafood.ca. Cette contribution non remboursable de 137 250 $ de DEC permettra de bonifier la stratégie de commercialisation des produits de la mer et de développer de nouveaux marchés. Les entrepreneurs et les travailleurs de nos régions peuvent compter sur nous pour faire prospérer nos économies régionales. »

L’honorable Pascale St-Onge, députée de Brome–Missisquoi, ministre des Sports et ministre responsable de DEC

« La crise sanitaire a intensifié les défis pour un des secteurs phares de la région de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine : celui de la transformation du poisson et des fruits de mer. Je suis fière de dire qu’ils n’ont jamais cessé d’y faire face avec ténacité et innovation. Le Fonds canadien pour la stabilisation des produits de la mer apporte au secteur le soutien dont il a besoin pour adapter sa stratégie de commercialisation, en vue de répondre aux demandes des consommateurs. Et nous savons qu’en soutenant nos transformateurs avec un projet comme celui de GÎMXPORT, nous assurons des acheteurs réguliers pour nos pêcheurs, ce qui nous garantit des retombées positives qui rejailliront partout dans notre belle région! »

L’honorable Diane Lebouthillier, députée de Gaspésie‒Les Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu national

– 30 –

Renseignements et demandes d’entrevues :

Gino Cyr, directeur général de GÎMXPORT

418 782-4364

 

Voici un reportage réalisé par TéléVag

 

Une série de capsules techniques dédiée aux outils numériques du marketing web

GÎMXPORT, en collaboration avec la SADC des Iles, Arrimage et La Boîte Flexible, est heureux de vous présenter une nouvelle série de capsules techniques sur les outils numériques et le marketing web. Destinée aux entrepreneur(e)s d’ICI, cette série a pour objectif de favoriser l’appropriation des outils dans une démarche « pas à pas », tel un tutoriel. Écoutez et mettez en pratique simultanément! Chacune des huit capsules de la série portera sur un outil différent et sera ajoutée au fur et à mesure sur notre chaîne Youtube.

Voici les différents sujets qui seront abordés:

  1. Créer et alimenter une chaîne Youtube
  2. Générer des éléments graphiques avec Canva
  3. Créer une première infolettre avec Mailchimp
  4. Vendre ses créations sur Etsy
  5. Créer une page Facebook orientée boutique (à venir)
  6. Faire des publicités sponsorisées sur les médias sociaux (à venir)
  7. Analyser vos statistiques de performance avec Google analytics et autres (à venir)
  8. Configurer et utiliser efficacement Square (à venir)

 

Aperçu de la capsule technique 01 | Créer et alimenter sa chaîne Youtube

GÎMXPORT célèbre ses 25 ans!

L’année 2021 marque le 25e anniversaire de GÎMXPORT. L’organisme souhaite profiter de cette année spéciale pour partager de précieux conseils d’affaires aux entreprises de la région et pour faire rayonner encore davantage les initiatives inspirantes de ses membres.

« Plusieurs entreprises gaspésiennes et madeliniennes membres de GÎMXPORT se distinguent déjà sur la scène québécoise et internationale grâce à leur audace et aux ressources de grande renommée de la région comme les produits de la mer et du terroir, les boissons alcoolisées, de même que les énergies renouvelables, souligne le président, Bill Sheehan. Comme nous savons que plusieurs autres entreprises auraient la capacité d’emboîter le pas, GÎMXPORT poursuit son travail afin de les conscientiser à leur immense potentiel sur d’autres marchés. »

L’éloignement des grands centres, qui a longtemps été perçu comme un frein au développement des entreprises de la région, n’a plus d’importance aujourd’hui, croit le directeur général, Gino Cyr. « Avec le télétravail bien implanté partout, les gens d’affaires peuvent gérer leur entreprise de n’importe quel coin de pays et embaucher des ressources spécialisées de partout. Il n’y a plus de limite! »

Dans le contexte exceptionnel des derniers mois, GÎMXPORT a recentré ses interventions vers de l’accompagnement spécifique. « Nous accompagnons des entreprises dans une démarche structurée à l’exportation ou à la commercialisation, qui constitue un travail à moyen-long terme », affirme M. Cyr.

Conseils d’affaires de GÎMXPORT en 5 capsules vidéo
Pour souligner ses 25 ans d’expertise, l’équipe de GÎMXPORT a préparé des conseils d’affaires pour les entreprises de la région qui seront diffusés sous forme de capsules vidéo. L’organisme lance aujourd’hui la première de ces capsules sur son site Web, sur les médias sociaux et dans son infolettre. Ève Dupré-Gilbert, conseillère séniore à la commercialisation, y présente deux conseils : « Tirez profit de l’intelligence d’affaires » et « Pensez clients ». Paule Ménard-Pelletier, directrice des ventes et du développement de marché chez Couleur Chocolat (Sainte-Anne-des-Monts) y effectue quant à elle un bref témoignage.

Quatre autres capsules vidéo seront diffusées d’ici la fin de 2021. Elles aborderont l’importance de travailler en communauté, de maîtriser sa logistique, d’innover pour mieux performer, de recruter du talent, de planifier et de mettre par écrit, d’être ouvert à son marché et aux nouvelles opportunités, de savoir prioriser, et d’avoir confiance en son potentiel.

Report de l’AGA
GÎMXPORT, qui tient habituellement son assemblée générale annuelle en juin, a repoussé sa tenue au 2 septembre 2021 afin de pouvoir accueillir ses membres en personne en cette année spéciale 25e anniversaire.

À propos de GÎMXPORT
L’ancêtre de GÎMXPORT, le Secrétariat à la mise en marché pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, a été mis sur pied en 1996. En 2008, jouant davantage le rôle de catalyseur de la croissance des entreprises vers les marchés étrangers, l’organisme s’est doté d’un nouveau nom plus représentatif, devenant GÎMXPORT. Partenaire du développement économique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, il propose différents services d’accompagnement en commercialisation et marketing, en exportation, en transport et logistique ainsi qu’en innovation et productivité. Regroupant une centaine d’entreprises de la région, il organise également des missions commerciales, des formations sur mesure et des activités de reconnaissance.

Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan : lauréate nationale au Gala MercadOr Québec

Sur la photo : Marc-Antoine Lelièvre et Raphaëlle Lelièvre, de l’entreprise Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan

GÎMXPORT, qui accompagnait des entreprises de la Gaspésie au Gala à l’exportation MercadOr Québec, tenu à Laval le 20 novembre 2019, est fier d’annoncer que le prix Coup de cœur du jury a été décerné à Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan. Cette entreprise de transformation du secteur des pêches, située à Sainte-Thérèse-de-Gaspé, commercialise ses produits sous la marque Gaspe CuredMD.
Organisé par Commerce International Québec, le réseau des organismes régionaux de promotion des exportations (ORPEX), MercadOr Québec est un gala de remise de prix provincial à l’exportation. Il vise à souligner le succès des entreprises exportatrices de partout au Québec en remettant des prix dans les catégories Nouvel exportateur, Leader à l’export, Diversification de marchés, Implantation à l’étranger, Exportateur de services à valeur ajoutée, Exportateur innovant, Coup de cœur et Exportateur de l’année.

Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan avait été sélectionnée par le jury du Gala MercadOr parmi les trois finalistes au niveau national dans la catégorie catégorie Leader à l’exportation – Région éloignée. L’entreprise a finalement obtenu le prix Coup de cœur du jury, remis à une des entreprises finalistes (toutes catégories confondues) pour souligner ses réalisations en tant que PME exportatrice s’étant particulièrement démarquée dans ses efforts de ventes hors Québec ou hors Canada.

Fondée en 1968 et exportant ses produits depuis 1970, Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan dédiait au départ 90 % de ses activités de transformation à la morue. L’entreprise a par la suite diversifié ses activités avec du hareng et des poissons de fond. Depuis huit ans, elle se concentre davantage sur le marché du homard. Elle dessert le Canada, les États-Unis, les Caraïbes, la France, l’Espagne, l’Italie, le Japon, la Chine et la Corée du Sud. Les relations avec ce dernier pays, où la demande tend à augmenter, se sont développées au cours des deux dernières années. Bien que l’entreprise possède une banque de clients fidèle et établie, elle a comme objectif de créer chaque année des relations avec un nouveau client d’importance.

Rappelons également qu’au niveau régional, Ocean Cam, Érablière Escuminac et Kwatroe Consultants avaient été retenues comme finalistes aux côtés de Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan. Le jury régional pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine était formé de représentants du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, de Développement économique Canada, de Desjardins Entreprises et de GÎMXPORT.

Quatre entreprises gaspésiennes finalistes au niveau régional au Gala à l’exportation MercadOr Québec

Ocean Cam, Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan, Érablière Escuminac et Kwatroe Consultants sont les quatre entreprises finalistes de la région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine qui se rendront au Gala à l’exportation MercadOr Québec le 20 novembre 2019, à Laval, accompagnées par GÎMXPORT.

Organisé par Commerce International Québec, le réseau des organismes régionaux de promotion des exportations (ORPEX), MercadOr Québec est un gala de remise de prix provincial à l’exportation. Il vise à souligner le succès des entreprises exportatrices de partout au Québec en remettant des prix dans les catégories Nouvel exportateur, Leader à l’export, Diversification de marchés, Implantation à l’étranger, Exportateur de services à valeur ajoutée, Exportateur innovant, Coup de cœur et Exportateur de l’année.

Au niveau régional, pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, le jury était formé de représentants du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, de Développement économique Canada, de Desjardins Entreprises et de GÎMXPORT. Les quatre entreprises gaspésiennes sauront le 30 octobre si leur candidature est retenue parmi les finalistes au niveau national. Les lauréats nationaux seront quant à eux dévoilés le 20 novembre à l’occasion du gala MercadOr.

Ocean Cam, catégorie Nouvel exportateur

Née en juin 2018 à l’initiative de Dave Cotton et Nathalie Tapp, Ocean Cam (Gaspé) a mis au point des caméras sous-marines robustes, simples d’utilisation et abordables. Elles permettent d’optimiser les performances de pêche commerciale tout en protégeant mieux les fonds marins, et peuvent également être utilisées pour les sciences de la mer. Captant des images sous-marines dans des environnements extrêmes tout en offrant une qualité d’image remarquable, les caméras Ocean Cam ont un fort potentiel pour l’exportation. L’entreprise a d’ailleurs une entente de distribution avec Hampidjan, un leader mondial dans la conception d’engins de pêche commerciale établi dans 16 pays.

Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan, catégorie Leader à l’export

Fondée en 1968 et exportant ses produits depuis 1970, Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan (Sainte-Thérèse-de-Gaspé) dédiait au départ 90 % de ses activités de transformation à la morue. L’entreprise a par la suite diversifié ses activités avec du hareng et des poissons de fond. Depuis huit ans, elle se concentre davantage sur le marché du homard. Elle dessert le marché nord-américain, mais ses produits atteignent aussi plusieurs marchés européens et asiatiques. Bien que l’entreprise possède une banque de clients fidèle et établie, elle a comme objectif de créer, annuellement, des relations avec un nouveau client d’importance. Depuis deux ans, des relations ont même été développées avec les joueurs d’un nouveau pays : la Corée du Sud, avec laquelle la demande augmente considérablement d’année en année.

Kwatroe Consultants, catégorie Exportateur de services à valeur ajoutée

La firme Kwatroe Consultants a vu le jour en 2002 pour doter la région d’une expertise professionnelle en ingénierie, notamment dans le domaine des énergies renouvelables. Au fil des ans, elle a particulièrement accru son expertise en optimisation énergétique, génie électrique, automation et contrôle de procédé, instrumentation, réseautique, ventilation, mécanique du bâtiment et mécanique de procédé. Profitant de l’essor de l’éolien en Gaspésie pour se positionner dans ce créneau, l’entreprise a offert des services de contrôle et d’assurance qualité dans plusieurs usines et parcs éoliens au Canada et aux États-Unis pour les manufacturiers éoliens SENVION et GE. Aussi, Kwatroe Consultants a réalisé plusieurs projets d’automatisation dans le secteur du sciage à l’extérieur du Québec. Elle a établi différents partenariats avec des firmes importantes pour développer son expertise et pouvoir participer à des projets de développement de parcs éoliens et autres projets majeurs hors Québec.

Érablière Escuminac, catégorie Exportateur innovant

Mise sur pied en 1998 dans la municipalité du même nom, Érablière Escuminac produit et exporte du sirop d’érable, du sirop de merisier et divers produits de l’érable. Traçable de l’arbre à l’assiette, son sirop d’érable est dégusté en Amérique du Nord, en Asie, en Océanie et en Europe. L’entreprise a introduit l’utilisation de nouvelles technologies sur le terrain pour réduire les coûts d’exploitation en forêt et augmenter le rendement. Un système informatisé de sondes sans fil en forêt donne en temps réel la température, le vacuum, l’état des pompes et permet le contrôle des équipements à distance, facilitant l’entretien et la réparation. Un nouveau système d’osmose pour filtrer l’eau d’érable a permis d’en doubler l’efficacité. Un système d’embouteillage revu et modernisé le rend fois plus rapide.

La stratégie de vente a aussi été revue pour miser davantage sur le commerce en ligne. Des outils de gestion plus efficaces (suivi clients, ventes et production) ont été mis en place. Côté emballage, les améliorations font en sorte que ses produits se démarquent auprès des acheteurs. Enfin, l’embauche d’une responsable du service à la clientèle a permis de rapatrier à l’interne certaines tâches autrefois effectuées par un contractuel à l’extérieur de la région et de soutenir les efforts de vente en ligne. Ensemble, ces innovations d’Érablière Escuminac ont permis d’augmenter la production, de répondre plus rapidement aux demandes des clients et d’ouvrir de nouveaux marchés.

Skip to content